LA VUE

La symbolique

 

 

 

 

Le symbolisme de cette tapisserie essaie de faire comprendre que ce miroir est bien le fameux "Miroir de Naples". Mary ne se regarde pas elle-même dans ce miroir pour mieux montrer l'importance de cet objet et attirer notre attention sur lui. En outre, le peintre et Antoine Le VISTE ont voulu signifier qu'en cet instant Mary n'est déjà plus en possession de ce miroir ; il est en Angleterre. La Licorne qui s'y mire, c'est Henry VIII. Mary, d'une caresse de la main gauche sur l'échine de la Licorne, tente d'apaiser le courroux de son frère. Ce pardon fut difficile à obtenir malgré ce miroir, malgré les perles et les diamants, les lettres d'explications et de regrets qu'elle lui écrivit, malgré la patiente médiation du Cardinal Wolsey en sa faveur.

Pourquoi Antoine n'a-t-il pas choisi le Lion héraldique, animal rugissant par excellence, pour symboliser ce frère coléreux ? Il l'a fait. Le Lion qui détourne la tête représente une partie du caractère d'Henry VIII qui ne veut rien entendre. La Licorne représente l'adoration qu'il a de sa jeune sœur. Le peintre et Antoine LE VISTE, lorsqu'ils ont conçu ces tapisseries, savaient qu'Henry avait finalement accordé son pardon ; ils ont imaginé de faire tisser la Licorne bien plus importante que le Lion. Cela ne se voit que sur cette tapisserie de la "VUE" afin de montrer quel aspect du caractère l'avait emporté sur l'autre, moyennant contribution pécuniaire de Mary et de son époux.

La tête de ce Lion est la caricature du visage d'Henry VIII à vingt-cinq ans tel que l'a rencontré par deux fois le peintre au cours des années 1514-1515. Les petites mèches de la crinière étaient alors à la mode ; Henry et François 1er les portaient dans leur jeunesse.

La Licorne, qui symbolise ici le bon côté du caractère d'Henry pour sa sœur, relève la robe de Mary. Quelle allusion y lire ?

 

SUITE
PLAN DU SITE
Introduction
Les éléments
La vue
L'ouie
Le goût
L'odorat
Le toucher
Mon seul désir
Annexes