LA VUE

Le miroir

 

Léon X

 

Henry VIII

Dans cette tapisserie, la Dame tient dans sa main droite un magnifique miroir, présenté volontairement en évidence et dans lequel se reflète la tête de la Licorne. Cette tapisserie représente le sens de la "VUE". Mais encore ? Ce miroir n'est autre que le fameux Miroir de Naples, une pièce en or d'une très grande valeur, rapportée avec tant d'autres trésors après le pillage de Naples par Charles VIII. Depuis, cette pièce appartenait au trésor de la couronne de France.

Mary, qui n'en avait aucun droit, l'a cependant envoyé en cadeau à son frère Henry VIII, pour se faire pardonner d'avoir été incapable de donner un héritier à son époux qui lui aurait succédé sur le trône de France et pour avoir secrètement épousé le Duc de Suffolk. Henry VIII et Wolsey sachant pertinemment qu'il était l'amant de la jeune fille l'avait nommé ambassadeur : il serait ainsi sur place pour pallier éventuellement les défaillances maritales d'un époux épuisé et presque débile. Il est facile d'imaginer la grande colère du souverain anglais à l'encontre de sa sœur. Tous ses plans s'écroulaient. Il avait rompu les fiançailles de Mary avec le futur Charles-Quint pour lui faire épouser Louis XII.

Wolsey perdait beaucoup de son côté : une bonne part de la confiance de son maître et le reste de l'argent qu'il devait toucher des Français et de Léon X.

Non seulement Mary ne serait pas régente, mais Henry se voyait privé désormais du joli pion politique que représentait sa jeune sœur qu'il aurait pu marier ailleurs afin de continuer à servir au mieux ses intérêts. Mary était alors la plus jolie Princesse d'Europe à marier.

Mary avait donc beaucoup à se faire pardonner de ce frère qu'elle aimait bien mais qu'elle craignait d'avantage. D'autant qu'elle envisageait bien qu'il lui fallait retourner en Angleterre et se retrouver en sa présence.

Pour amadouer ce frère terriblement coléreux et imprévisible, Mary lui envoya en cadeau ce beau "Miroir de Naples" d'une valeur de 30 000 couronnes anglaises ; 60000 couronnes affirmaient les Français.

Quand Louise de Savoie et François 1er l'apprirent, l'affaire du "Miroir de Naples" engendra une célèbre dispute qui servit de sujet pour l'une des tapisseries de la Dame à la Licorne.

 
SUITE
PLAN DU SITE
Introduction
Les éléments
La vue
L'ouie
Le goût
L'odorat
Le toucher
Mon seul désir
Annexes