MARY D'ANGLETERRE (TUDOR)

The will of God is sufficient for me - La volenté De Dieu me suffit

 

Mariage de Mary d'Angeterre avec Louis XII

Mary d'Angleterre était la fille d'Henry VII TUDOR. Elle est né le 18 mars 1496 et morte le 24 juin 1533. En août 1514, à dix-sept ans, elle avait épousé Louis XII de France âgé de cinquante-deux ans. Trois mois après ce mariage, Louis XII, épuisé d'avoir fait le "gai compagnon" (afin de se donner un héritier) auprès de sa jeune épouse, décédait dans la nuit du 1er janvier 1515, à l'hôtel des Tournelles à Paris. Le jeune François d'Angoulême devenait roi.


Mary, " la Reine Blanche " , après un délai de viduité légal en l'hôtel des abbés de Cluny, n'ayant pas donné un héritier à la couronne de France, fut obligée, à son grand regret, de repartir pour son pays.

Quelles raisons Antoine LE VISTE eut-il de s'intéresser tant à Mary qu'il en fit la Dame de ses tapisseries ? Quelles relations eut-il avec elle ?
Antoine a-t-il joué la carte anglaise (mais de quelle façon ?) dans l'espoir d'en tirer des avantages substantiels ? Vraisemblablement, il n'était pas sans connaître le rôle exact joué par le Duc de SUFFOLK auprès de Mary. Pour Henry VIII, sur les conseils de WOLSEY, le but réel de ce mariage était de placer sur le trône de France un héritier qui aurait eu du "sang anglais dans les veines". En attendant, (tant la mort prochaine de LOUIS XII, malade, était prévisible déjà avant le mariage), il aurait pu influer à sa guise, par l'intermédiaire de sa sœur régente, sur toute la politique de la France. Il aurait d'abord récupéré les duchés d'Aquitaine, héritage des Plantagenêt, sans doute aussi de Normandie. Mais, à long terme, le but inavoué de ce mariage était de reprendre le rêve d'Henry V : unifier les deux royaumes sous une seule couronne. Pour cela, il avait certainement besoin d'appuis sur le continent. Antoine LE VISTE fut certainement envoûté par " la jolie poupée anglaise " ; bien d'autres l'ont été, y compris François 1er qui faillit se donner un fils qui eût été son propre roi. Mais Louise de Savoie, sa mère, veillait.

Antoine LE VISTE dut pleurer ses illusions perdues. Ensuite, en tant que membre, et plus tard Président du Parlement de Paris, il eut des démêlés avec le nouveau roi de France. François 1er musela le Parlement et le mit à sa botte en lui imposant le tout dévoué Chancelier Duprat. On contraignit le Parlement à condamner à mort Semblançay, le Grand Argentier ; on l'obligea à dépouiller de tous ses biens le Connétable de Bourbon, au profit de Louise de Savoie et de ses amis. Il est des rancœurs qui s'accumulent et que l'on extirpe, sublimées, sous différentes formes. Ainsi ont pu naître les tapisseries de la Dame à la Licorne..
SUITE
PLAN DU SITE
Introduction
Les éléments
La vue
L'ouie
Le goût
L'odorat
Le toucher
Mon seul désir
Annexes